Starbucks, the place to be - Image de couverture

Starbucks, the place to be

Publié le 07/03/2018

Vous allez aimer l’hiver. Laissez-vous guider par le chant d’une douce sirène. Elle vous promet la chaleur d’un salon et de savoureux breuvages. Profitez du moelleux de son canapé, de l’atmosphère ouatée, d’un délicieux Latte. Une gorgée de cette boisson vous chatouille le palais par sa douceur sucrée et réchauffe vos mains que le gel engourdit. Déjà l’heure de partir ? Il vous tarde déjà de revenir vous prélasser à Starbucks Coffee Compagny !

 

Nous sommes peu nombreux à savoir que l’emblématique sirène, qui sert de logo à l’enseigne américaine Starbucks, est une référence littéraire. Souhaitant rendre hommage à Herman Melville et à son Moby Dick, les trois fondateurs de Starbucks choisirent pour effigie une sirène dotée d’une double queue datant du XVIème siècle. Jerry Baldwin, un professeur d'anglais, Zev Siegel, un professeur d'histoire, et l'écrivain Gordon Bowker, les papas de la chaîne, étaient très attachés au fait que leur première boutique ait vu le jour dans la ville portuaire de Seattle. Cette étrange sirène nous rappelle aussi le passé maritime du grain café qui voyage à bord de grands paquebots pour abreuver le monde entier.

 

Dès 1971, les fondateurs, amateurs d’Or noir, se spécialisent dans la vente sélective de cafés. Mais leur projet n'aurait pas l’envergure que nous lui connaissons s’ils n’avaient pas croisé la route d’un certain Howard Schultz en 1982. Ce dernier rejoint Starbucks en tant que directeur marketing alors que la petite société ne compte que quatre points de vente. Au cours d’un voyage à Milan en 1983, il découvre les cafés à l’italienne, lieux d’échange par excellence. L’idée de faire des boutiques de cafés des espaces conviviaux germe aussitôt dans son esprit. Malheureusement, elle rebute les dirigeants de Starbucks.

 

 


Face à leur refus, le courageux Howard démissionne pour créer “Il Giornale”, une des premières coffeehouses implantées sur le sol américain. Fort de son succès, il rachète Starbucks en 1987. Le logo actuel de l’enseigne résulte même de la fusion de celui de sa propre chaîne avec l’énigmatique sirène. Sous son impulsion, la célèbre enseigne prend une dimension planétaire. En partie en franchisée, elle est implantée dans 75 pays et compte 27 300 établissements dans le monde, donc 13 100 aux Etats-Unis.

 

L’originalité de Starburcks repose sur plusieurs principes-clefs de sa réussite. Le premier est celui du Third place (troisième lieu), soit un espace qui réunit la douceur de la maison et l’ambiance de travail. De fait, Starbucks est devenu un lieu idéal de co-working où la boisson chaude sert de carburant à la matière grise. Les profils types des habitués sont, le jeune étudiant qui ne veut pas travailler dans son studio de 10m2 ou à l’Université où il passe déjà toutes ses journées, la femme mi working girl* mi gossip girl*, et tous ceux qui ne résistent pas à l’appel de la gourmandise !

 

Le deuxième principe repose sur le deliver consumer experience, c’est-à-dire “l’offre d’une expérience au client”. Pour fidéliser les clients, les baristas sont formés pour être à l’écoute des leurs envies gustatives et composent des boissons sur-mesure. La tradition veut que vous dévoiliez également votre prénom à la caisse avant de récupérer au bout du comptoir votre mug, bien à vous puisqu’il porte votre nom. Aller au Starbucks signifie “prendre du temps pour soi”. Alors inutile de résister au chant de la sirène et prenez soin de vous !

* bosseuse

 

Lou et l'homme au chapeau de l'agence 33 degrés